Communiqué de l’ANDPP sur l’Avenant 4 : pourquoi le Pédicure-Podologue conventionné est (encore) le grand perdant ?

1 Oct 2020

Quels changements avec l’avenant 4 ?

Le 22 septembre 2020, l’avenant 4 de la convention nationale des Pédicures-Podologues, qui revoit en partie les modalités de prise en charge des patients diabétiques, a été signé entre la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et la FNP, seul syndicat représentatif de la profession à l’heure actuelle.

A compter de l’entrée en vigueur de ce dernier, estimée pour janvier 2021 (parution prévue au JO), plusieurs changements vont effectivement intervenir dans les modalités de facturation des actes de prévention des risques podologiques liés au diabète :

  • Ajout d’une première consultation « bilan et soin » annuelle : pour les grades 0 et 1 à 27€ la consultation et pour les grades 2 et 3 à 32€ la consultation sans possibilité de dépassement d’honoraires
  • Nombre de séances annuelles pour les grades 2 : 5 dont la première intègre le bilan
  • Nombre de séances annuelles pour les grades 3 : 6 ou 8 en cas de plaie en cours de cicatrisation dont la première intègre le bilan

 

Autres changements ne concernant pas les actes POD :

  • Alignement des tarifs de la rééducation/massage du/des pied(s) à l’exception de la talo-crurale en post-opératoire sur ceux des masseurs-kinésithérapeutes.
  • Augmentation de l’aide à la télétransmission à condition de remplir les différents critères.

 

Pourquoi les Pédicures – Podologues sont perdants ?

La consultation « bilan » devra durer au minimum une demi-heure ET comprendra le soin de pédicurie de prévention prévu dans le forfait. Cette consultation bilan permettra au Pédicure-Podologue de définir le grade du patient diabétique et engagera sa seule responsabilité.

 

Ces 5€ de revalorisation prévus vont permettre de rémunérer le travail du bilan initial : anamnèse, bilan neurologique, bilan cutané, bilan vasculaire, recherche de troubles statiques éventuels à l’origine d’un risque podologique, établissement de la fiche suivi et du projet thérapeutique.

Autre grand changement initié par cet avenant, la prise en charge de la CNAM interviendra pour TOUS les diabétiques qui auront une prescription pour ce bilan, quel que soit leur grade. Cependant, la prise en charge sera différente.
Si, à l’issue du bilan, le patient est gradé 0 ou 1, la facturation sera alors de 27€00.  Or, le temps de consultation et la demande de compétences professionnelles restent inchangés et cela quel que soit le grade du patient. Ainsi donc, considérant que la partie bilan reste la même, et donc valorisée à 5€, cela revient à nous demander de faire un soin de pédicurie pour seulement 22€ !

Pour le patient, c’est une grande avancée que nous pouvons saluer, bien que la définition des grades diffère toujours des dernières recommandations de l’IWGDF (Internation Working Group on Diabet Foot).

Pour le Pédicure-Podologue conventionné en revanche, cela implique encore et toujours plus d’actes médicaux sous rémunérés. Sous couvert d’une « revalorisation » de l’acte, on se retrouve avec une diminution inévitable des revenus du Pédicure-Podologue.

Les défenseurs de cet avenant diront que cette perte est compensée par une augmentation de notre SNIR, et donc une diminution des cotisations Assurance Maladie. Mais voici un calcul rapide en se basant sur un  cabinet dont le soin est à 35€ :

  • Honoraires annuels perçus pour un patient diabétique grade 2 : 32€ + 4 x 27€ = 140€
  • La cotisation assurance maladie pour ce patient sera de : 140 x 0.1% =0.14 €
  • Honoraires annuels perçus pour un patient « non-POD » 5x/an : 5 x 35€ = 175€
  • La cotisation assurance maladie pour ce patient sera de : 175x 9.75% : 17.06€

 

La perte de revenu entre ces deux patients sera donc de (175-17.06) – (140-0.14) =18.08€.

La perte de revenu pour un patient grade 3, avec une consultation « bilan + soin » et sept consultations de soins, sera quant à elle de 31.92€.

 

Alors, suite à ces calculs, comment peut-on prétendre que cet avenant est une avancée pour le Pédicure-Podologue soucieux de son travail ?

Comment un Pédicure-Podologue peut il, en 30 minutes, établir sérieusement un bilan et un soin à la partie de notre patientèle qui nous demande la plus grande attention ?

Il est triste de constater que cette avancée « majeure » défendue par notre seul syndicat représentatif va contribuer à la baisse des revenus annuels des Pédicures-Podologues à travail équivalent.

 

L’ANDPP, consciente des réelles problématiques des Pédicures-Podologues, se positionne en faveur d’une refonte de la convention. 

 

 C’est pourquoi nous organiserons dans les jours à venir une visio-conférence interactive dans l’objectif de définir nos revendications et de mettre en place au plus vite une pétition s’opposant à cet Avenant 4 et en demandant une renégociation complète.

 

 

Partageons nos énergies, rejoignez-nous. L’Alliance fait la force.

L’Alliance Nationale Des Pédicures-Podologues

 

 

Pour aller plus loin, nous vous conseillons les lectures suivantes : 

Zoom sur l’avenant 4 : avancée ou recul pour la profession ? 

Avenant 4 et Convention Nationale entre Les Pédicures-Podologues et l’Assurance Maladie 

Convention Nationale 

Avenant 1

Avenant 2

Avenant 3

Avenant 4 : communiqué de l’Assurance Maladie du 22 septembre 2020 suite à sa signature.